Corona Saga

Corona Saga & Covid-sterie

Subura News
Res medica delenda est

Ne sachant quel titre mettre à une énième éruption de ma iatrophobie maligne j'en ai fait la vedette d'un texte caché.
Certain patient parlait anglais ce qui lui donnait accès à une masse d'informations médicales que la médecine publique en France préfère distiller au goutte-à-goutte parmi une population tétanisée par un siècle et demi de Jules Ferry et s'entêtant à ne pas s'apercevoir que ses thérapeutes préférés valent bien les politiques qu'ils inspirent et avec qui de concert fièrement ils pataugent à nos frais.

Épidémie d'hystérie à l'ouest de la pandémie

Il faut vacciner tout le monde puisque la terre est ronde, répétait Billy le Fourbe, qu'il faut euthanasier puisque l'espace est courbe, disait le vent léger dont le murmure se méfiait de la philanthropie limpide des bienfaiteurs de l'humanité.
Contrat social ou pas, j'ai pas signé pour ça! Pour me faire gâcher mes dernières années par les délires séniles d'un gang de jeunots hypnotisés par tout ce qui brille.
En ce qui me concerne le divorce est consommé d'avec cette crème de connards supposés me représenter et avoir pour eux le Droit, dont à leurs yeux la légitimité ne fait aucun doute, car de toute évidence (sachant moi aussi user d'une aussi belle rhétorique, mais hélas privée de garde prétorienne assermentée) le doute ils ne connaissent guère et cette ignorance-là... comme disait je ne sais qui s'angoissant comme moi de je ne sais quoi, 'Tout se paye', intérêts et marge arrière, 'with prejudice' comme disent les Anglo-Saxons, suivant les nouveaux barêmes des réparations qui me sont dûes par la république de raclures que la REM incarne avec conviction, nouvelle purulence entretenue par le parapluie euro-américain, dernier avatar de la décrépitude post-impériale des minables de Paname.

Mignonne allons nous injecter la dose

Il me semble aujourd'hui (Mars 2024) que la dame en question, prise alors pour une macroniste anonyme, se trouve être l'actuelle porte-parole du gouvernement, Prisca Thevenot. Comme avant elle notre fringant premier ministre Gabriel Attal, il n'en faut point douter, elle récoltera la gloire qui échoit sur la chaussée des géants au marcheur ayant chaussé la bonne vérité qu'il faut dire et seriner.

Moins ils ont cherché à comprendre et mieux, sans s'être posé la moindre question, ils savent d'évidence que leur conviction spontanée est, bien sûr, comment en douter... douter? Voyons, de quoi parlez-vous donc! je le sais parce que je le sais; ne le voyez-vous donc pas: vous êtes aveugle et moi pas.

Faites-vous vacciner disait une jeune femme qui n'avait l'air ni plus bête ni plus méchant que la moyenne des apparitions au Grand Théâtre virtuel numérisé. Faites-vous vacciner ou mettez votre vie en danger en ne le faisant pas, en n'accordant pas à mon avis l'attention qu'il mérite d'après moi qui en suis persuadée quoiqu'il ne repose sur aucune théorie et pas la moindre pratique, relativement à ce dont je, soussigné, puis aisément, hormis maint grincement dont la charge des ans confère l'apanage, me targuer en confiance... ou presque: car le français que je parle et croyais courant ne semble plus l'être tellement au regard de la langue précise et imagée des bureaucrates de la pensée dont l'idélogie de camelote qui nous enveloppe vaut toutes les vies et toutes les philosophies.

***

Dans le meilleur des cas très relatif où nul passif personnalisé ne vient compliquer la situation il me semblait déjà relever de mes propres légitimes certitudes brillant des mille feux de leur aveuglante évidence, dont j'ai comme la donzelle le monopole naturel, en particulier quand c'est ma couenne qui est concernée, sans parler de quelques chartes et traités garantissant des droits fondamentaux et autres principes 'Juré, Craché' sur mille parchemins, semblé relever du simple bon sens, dont j'ai fait comme tout un depuis longtemps une ample réserve de me fier à ma jugeote plutôt qu'à celle de Mignonne, en chemin pour Dondon, le but ultime de tout ce bon sens ô combien élémentaire et ambigu dont se réclament les nouvelles rombières, ferventes de laideur et de Lili Marlène.
Mais quand s'achève le rêve bleu de la sottise cheminant dans l'ennui imperturbable vers sa corruption finale, quand il ne reste que le spectacle répugnant de bassesse et purulence voulant contaminer toute existence, quand l'engeance engendre l'engeance, toujours plus avide de rétrécir toute perspective, d'oblitérer toute joie, de flétrir tout espoir pour satisfaire la charogne... Dans ce cas-là je me conseille instamment de rester dans le vague du non-dit dont on ne parle pas sauf sous couvert de mémoire d'anthropologie des vendettas périphériques, au chapitre'Omerta'.

Ж

Mignonne allons nous injecter la dose

Moins ils ont cherché à comprendre et mieux, sans s'être posé la moindre question, ils savent d'évidence que leur conviction spontanée est, bien sûr, comment en douter... douter? Voyons, de quoi parlez-vous donc! je le sais parce que je le sais; ne le voyez-vous donc pas: vous êtes aveugle et moi pas.

Faites-vous vacciner disait une jeune femme qui n'avait l'air ni plus bête ni plus méchant que la moyenne des apparitions au Grand Théâtre virtuel numérisé. Faites-vous vacciner ou mettez votre vie en danger en ne le faisant pas, en n'accordant pas à mon avis l'attention qu'il mérite d'après moi qui en suis persuadée quoiqu'il ne repose sur aucune théorie et pas la moindre pratique, relativement à ce dont je soussigné puis aisément, hormis maint grincement dont la charge des ans confère l'apanage, me targuer en confiance... ou presque: car le français que je parle et croyais courant ne semble plus l'être tellement au regard de la langue précise et imagée des bureaucrates de la pensée dont l'idélogie de camelote qui nous enveloppe vaut toutes les vies et toutes les philosophies.

Dans le meilleur des cas très relatif où nul passif personnalisé ne vient compliquer la situation il me semblait déjà relever de mes propres légitimes certitudes brillant des mille feux de leur aveuglante évidence, dont j'ai comme la donzelle le monopole naturel, en particulier quand c'est ma couenne qui est concernée, sans parler de quelques chartes et traités garantissant des droits fondamentaux et autres principes 'Juré, Craché' sur mille parchemins, semblé relever du simple bon sens, dont j'ai fait comme tout un depuis longtemps une ample réserve de me fier à ma jugeote plutôt qu'à celle de Mignonne, en chemin pour Dondon, le but ultime de tout ce bon sens ô combien élémentaire et ambigu dont se réclament les nouvelles rombières, ferventes de laideur et de Lili Marlène.

Mais quand s'achève le rêve bleu de la sottise cheminant dans l'ennui imperturbable vers sa corruption finale, quand il ne reste que le spectacle répugnant de bassesse et purulence voulant contaminer toute existence, quand l'engeance engendre l'engeance, toujours plus avide de rétrécir toute perspective, d'oblitérer toute joie, de flétrir tout espoir pour satisfaire la charogne... Dans ce cas-là je me conseille instamment de rester dans le vague du non-dit dont on ne parle pas sauf sous couvert de mémoire d'anthropologie des vendettas périphériques, au chapitre'Omerta'.

Ж

Zemmour, amour

À quelqu'un qui n'était pas d'accord avec ma vision du rôle de Zemmour dans les présidentielles et pensait je ne sais trop quoi qui n'était pas très clairement exprimé, comme quoi le racisme c'est pas bien et 'ça tire tout le monde vers le bas' j'avais répondu que la seule chose qui m'intéressait c'était que mes gosses ne se fassent pas empoisonner par la vermine obsédée par son vaccin et si EZ était mieux placé que JLM je voterais pour lui au premier tour sans l'ombre d'un remords et sans espérer qu'il ne fera pas de son mieux pour me faire regretter mon choix le jour même du résultat et sans exclure non plus, suivant le degré de sérieux que je pourrai attribuer à ces candidatures, que je pourrais aussi bien laisser Macron expliquer aux réveillés et aux moutons plus en détail ce qu'ils préfèrent ignorer des causes profondes de la situation sanitaire actuelle qui est le résultat pour ce que j'en sais de mon côté d'au moins un siècle de corruption de l'art thérapeutique par la science de se remplir les poches à grands frais pour contribuables et malades.

Ж

Mergitur Nec Fluctuat

Or donc, de pirates aux Caraïbes en retraité périphérique, l'intégrité française ne tenait plus que par le fil blanc dont est cousu le discours onctueux mais ferme, que déroule un anus lénifiant décorant de bouse des mots creux, budgétairement responsables ou pas.

Je demandai hier sur les réseaux ce que je pourrais bien faire pour soutenir les Guadeloupéens depuis ma montagne; mon entourage virtuel en sachant hélas autant que moi je commencerai au moins par assurer les Antillais qu'ils ne sont pas seuls à en avoir par-dessus la tête de se faire traiter comme des nègres par des parigots plus ou moins bronzés exhibant sans vergogne toutes les vicieuses nuances de la corruption française, soutenus par les ignares, les hypocrites et les traîtres... oups! Cette fière élite universaliste prêchant la piquouse, entre drones et LBD; les nouveaux éveillés à la mode du Medef, ce flambeau des chaumières que protègent le barbouze et la maréchaussée.

Je garantis en outre aux auteurs patibulaires des mensonges et manipulations -qui se trament dans les îles, en Guyane et à la Martinique, d'après la startup géographie- que dénonce la planète entière et surtout le minus dans son palais, de mon entière solidarité de cobaye de longue date de l'industrie chimique anglo-germano-yankee-française, de mon immortelle sympathie de perturbé endocrinien de souche, distilbene et chlordecone devant selon moi se serrer les coudes entre moricauds pour facturer aux dealers de molécules des égarements qui d'une manière ou de l'autre se paieront, en nature ou en liquide, pas toujours les mêmes qui saigneront.

La rétribution dûe au cobaye enragé sera d'ailleurs exonérée de frais de greffe et se passera d'avocats, jungle libérale oblige, n'est-ce pas? Et se verra miraculeusement revalorisée à hauteur de ce que la haine peut inspirer de trouille à la vermine... ces gens respectables qui ne jouent pas avec la santé, sauf celle des mal-blanchis anonymes, au portefeuille trop pâlichot pour comprendre les explications convaincantes d'un grand théoricien de la méthode Coué appliquée à la gestion de crise: 'Tout va très bien, Madame la Marquise'; ou, dans sa version contemporaine en Swahili anglicisé:'Hakuna Matata, Bitch'.

Persistant dans le mauvais goût que je préfère, populiste décomplexé, quoiqu'admiratif devant les vertus anciennes démontrées par cette start-up nation qui ne démarre qu'au désodorisant, je félicite quand même qui voudrait s'en prévaloir, soignants, pompiers... d'avoir obtenu un vaccin moins empoisonné, sans ARN messager et je reconnais qu'il y a six mois de ça, sans y croire mais pour avoir la paix, j'aurais pu accepter un vaccin russe ou chinois. Ce n'est plus le cas.

Et en aucun cas je ne me laisserai de mon plein gré inoculer quelque produit anti-rhume devant rapporter des royalties à un labo occidental, Institut Pasteur compris, surtout lui. Qu'on fasse piger à ces salopards que les abus de confiance se paient au centuple.

Si je voyageais je n'aurais aucun problème à me faire administrer les sérums recommandés, si d'origine non 'démocratique', et garantis par le Parti Communiste Chinois, 100% purgés des géniales thérapies libéral-nazie.
Or, merci la France, je ne voyage pas et je crois de moins en moins aux explications foireuses données par tant de si grands scientifiques émargeant à de tels budgets sur ce qui fait que l'on attrape ou pas, ce qui par là passe et que l'on en crève ou en réchappe. Hé, les Trouducs de Paname: Trop peu, trop tard, t'as raté le coche, connard.

Toujours est-il qu'on va pouvoir demander l'asile politique sous les tropiques enchantés, loin à l'ouest des Hauts de France et de ses lugubres tracassés... par des comptes qui vont devoir se rendre, capital et intérêts; partir! bientôt peut-être à Tahiti ou en Nouvelle Calédonie, un jour même qui sait, après les îles sous le vent le mistral de Méditerranée, en Corse donc et à y être, pourquoi pas les Pyrénées, ça m'arrangerait, y étant déjà comme y sont des tas de comptes à règler avec cette république de fumiers... et je me délecte à l'avance des licences nouvelles qui seront désormais frappées du sceau de légitimité démocratique dont l'actuelle majorité hargneuse donne l'exemple que je m'efforcerai personnellement de suivre dans ses retranchements les plus perfides; tout ce qui menace ces temps-ci les anti-vaxx et autres anti-pass: suppression des allocations diverses, des retraites, accès aux soins (ou son accès obligatoire), du compte en banque; toutes ces douceurs que les répugnants roquets du clan de la piquouze veulent dispenser tout à fait de leur plein gré à la plèbe qui se réjouit hénaurmêment de l'assurance d'être emmerdée à vie par la putréfaction parfumée des chiffes molles survoltées qui purulent de présidence en parlement, tout le délire totalitaire que les crevures libérales promènent à l'horizon de nos journées; toute cette mirifique panacée, le vent ayant malencontreusement tourné, pourrait inopinément aller décorer d'autres fesses... retour à l'expéditeur en port dû avec frais de timbres et pénalités, comme il sied à Mesdames les Marquises et Messieurs les Valets de Pied dont les escarpins stylés ont de toute éternité et de toute évidence le droit imprescriptible d'écraser toujours plus les malpropres que la douce France s'ingénie à multiplier.

Ж